Pleine réussite pour la Saint-Hubert 2011


Une vue du carrousel des shetlands


Une équipe qui travaille à l’unisson en visant un but commun peut créer la joie et le bonheur.

 A en juger par les visages rayonnants des spectateurs à l’issue des carrousels
(mais déjà à Aubel pendant le défilé) et en entendant les impressions très favorables,
de ces derniers comme des participants, on oserait affirmer que cet objectif
a été atteint ce dimanche 6 novembre.

A Aubel, pour la bénédiction, trois cents chevaux au moins se sont présentés
devant une véritable foule sur la place. L’unanimité régnait pour désigner notre
groupe comme étant le mieux préparé de tous.  Nous étions 58 couples, record battu !
Comme celui du nombre de couverts pour la choucroute après notre retour.
Le public du spectacle était davantage fourni qu’en 2008, lors de notre plus récente organisation similaire.

Plusieurs semaines, en adoptant une attitude exemplaire,  les cavaliers ont remis sur le métier
les figures des différents tableaux. Se succédant à la baguette de chef d’orchestre,
Alienor Linotte, Evelyne Cuppers, Stéphanie Schmetz et Monique Gathoye
ont prouvé leur disponibilité hors-norme. Pendant ce temps une équipe nettoyait,
peignait, aménageait tout le site.

Dimanche, à la cafétéria, une autre escouade de bénévole a trimé toute la journée.
Arnaud Lepas a assumé efficacement l’important poste de la sono (aussi pendant les répétitions)
et Philippe Peterkenne a fait un speaker agréable. Les cavaliers, encore eux, ont toiletté,
astiqué des jours durant ! Les propriétaires Laura Defalle et Marianne Kuppers
ont confié Joshua et Habibaté. Huit dévoués accueillaient les spectateurs et changeaient la piste.
Certes, beaucoup d’effort et de courage, avec les parents, une centaine de personnes impliquées,
mais au final le résultat en vaut la chandelle.

Les seize du carrousel classique, avec leurs jolies tenues noires ou rouges ont déroulé une reprise quasi parfaite (un léger manque de rectitude lors de l’« horloge »).
Ravis et attendris, nous avons tous admiré la charmante représentation des
plus petits et de leurs shetlands. Il y a bien eu une chute (une douce chute, un poney a eu peur
du double ou triple rang de personnes), mais une frange de l’assemblée ne s’en est même
pas rendu compte. Les ados tout en blanc et leurs poneys proposaient un tableau en deux phases.
Quelques mouvements fluides au début, puis un galop échevelé. Autant de réussite pour l’une
et l’autre partie. La cavalcade d’obstacles avec des couples très colorés était splendide.
Rapides, coordonnés, hardis, les cavaliers méritaient les nombreuses félicitations qu’on leur a adressées.
Le final, avec 46 montures en piste (tous au galop, sauf les shetlands) ne manquait pas d’envergure.
Ensuite le public s’est prêté au jeu afin d’habituer les chevaux aux applaudissements.

En guise de rappel, on a mis les chevaux en liberté dans le manège.
Avec la musique, cela a suscité tellement d’émotion que pas mal de spectatrices
ont laissé échapper une larme !

Si on ajoute les belles images de la cavalerie dans la brume (un immense ruban d’apparat)
lors du trajet aller-retour vers Aubel et la convivialité (beaucoup d’anciens avaient
profité de l’occasion) à la cafeteria, on se souviendra longtemps de cette magnifique Saint-Hubert 2011 !

Michel Lequarré