Randonnée à la mer

Réussite et émotion

La randonnée de mars à la mer est une tradition bien ancrée.
Chaque édition permet à la dizaine de privilégiés des moments de complète
détente. La plage, les dunes, le vent et les
galops sur les vagues finissantes regonfleraient le moral des plus tristes.
Nous étions en baie de Somme, où nous nous rendons souvent.
Il n’y a personne. Les dunes s'enfoncent de 2 km vers le continent !
L’hôtel et l’écurie étaient plus que confortables. Bref une réussite totale malgré
un incident qui aurait pu mal tourner.

Après une chute, le cheval d’Hubert Urlings n’a pas rejoint ses congénères.
Il s’est enfoncé assez loin dans les dunes et a disparu !
Quelques recherches plus tard, non sans mal, on a localisé la jument échouée sur une
pente très forte, inextricablement coincée, couchée de tout son long parmi une végétation
épineuse et dense comme une pelote. Elle gisait là, prisonnière de solides liens ligneux qui lui
enserraient les membres, la tête un mètre plus basse que la croupe. Du jamais vu !

Un jeune homme, photographe amateur, nous a prêté main-forte. A l’aide
d’outils de fortune (mais Philippe de Brogniez avait une petite scie), nous avons
défriché un couloir d’une quinzaine de mètres en contrebas. Une tâche qui a demandé
plus d’une heure de travail. Finalement, à force de soubresauts, parce que nous avions
rompu une partie des ronces, le cheval a réussi à se relever quasiment intact.
Un fameux soulagement, car un moment, nous avions même pensé appeler un hélicoptère.

 


Galop sur la plage à Fort-Mahon le 18 mars 2014 (photo Ph. de Brogniez)