Les vertes prairies

Qui voudrait détruire nos jolis paddocks ?

 

Des paddocks bien verts constituent un atout qu’il faut préserver.

Les chevaux y trouvent de l’herbe, ne pataugent pas dans la boue à la moindre averse et le plaisir des yeux d’un paysage entretenu valorise le site. Les magnifiques propriétés équestres de Normandie ou d’Angleterre doivent être nos exemples. Des terrains pelés, à la maigre végétation où domine les surales font fuir.
Qui voudrait de cette misère au Bois du Roi ?
Quelques membres sous-estiment les dégâts que provoquent les chevaux quand le sol n’est pas sec.
Des images valent mieux que toutes les explications…

 


Chez nous...


Ici une pâture utilisée sans précaution

 


En 10 jours seulement, juste à côté de chez nous...


L'endroit le plus humide de notre propriété. Ici malgré nos règles les dégats ont déjà commencé.
Si on laisse aller, en un an ou deux nous détruirons une partie, autant de notre cadre de vie que de
l’agrément des chevaux !

En tant que cavaliers, nous sommes en relation étroite avec la nature.
C’est un bien, car elle a un rythme qui apaise. Cependant il y a des contraintes. Ceux qui ne les respectent pas se pénalisent toujours à terme. Par exemple en ne disposant plus de paddocks agréables.

A Cirencester, où nous avons couru une endurance en 2009, 12 terrains de polo s’étendent sur un site fabuleux. C’est le club du prince Charles d’Angleterre et de ses fils. Parfois Charles se déplace pour disputer une rencontre. Mais s’il a plu, les chevaux restent dans les camions afin de ne pas nuire au gazon. C’est ainsi que cet endroit conserve son cachet. Même pour les seigneurs on ne joue pas !

Quand on regarde les statistiques météorologiques, on constate qu’il peut pleuvoir jusqu’à 28 jours sur 30 un mois d’été. Au pire, S’il advenait un pareil déluge, les chevaux devraient vivre à l’écurie et attendre des jours meilleurs. C’est ça la vie avec les chevaux. Heureusement, un tel phénomène est extrêmement rare !

Je souhaite à vous et à vos montures tout le bonheur possible au Bois du Roi. Nous avons les atouts pour cela. Soyons assez sages pour les préserver longtemps.

Michel Lequarré