Sucrepom


En 2017 avec Morgane Reynders

 

Sucrepom, excellent ouvrier révèle à coup sûr le niveau des cavaliers.

Sans aides précises, bien dosées et indiquées dans le bon timing,
pas d’équitation convenable ! Cette contrainte vaut évidemment avec
tous les chevaux. Davantage avec Sucrepom, parfois froid aux jambes
ou lourd à la main ! En réalité, sur l’alezan de 14 ans en 2019 il faut
absolument monter juste pour prétendre réussir les exercices.

Certains n’y arrivent pas aisément et au lieu de réfléchir sur eux-mêmes,
ils sont tentés de dévaloriser le cheval alors que celui-ci a prouvé
de nombreuses fois un potentiel, certes modeste, mais bien réel.
(décembre 2018)

Sucrepom, 4e monté par Maximilien Linotte et 8e associé à Morgane Reynders 
Grand prix 80/90 janvier 2017
Maximilien Linotte remporte le classement général 60 avec Sucrepom !
Challenge obstacle/dressage 2016
Le dénouement pour le classement général 80/90 a été palpitant. Fanny Bellot
sur Sucrepom  a remporté la dernière épreuve, mais Stéphanie Schmetz
et Fuente ont conservé la tête grâce à un 5e prix. Cela a tenu à un cheveu
puisque Stéphanie gagne d’un seul point devant Fanny Bellot et Sucrepom.
(classement général du challenge obstacle/dressage 2013-2014, mars 2014)

En 80-90, Fanny Belot et Sucrepom, 3e d'une épreuve le 12 janvier 2013.

Sucrepom obtient les 6e et 7e prix avec ses deux cavalières. (jumping 80 novembre 2012)
Sucrepom a pris pas mal de métier grâce à Rosalie Niwa. Le couple est allé au bout du derby 2011 en 60/70.
Avec Coraline Berger, Sucrepom est parmi les classés. (Jumping St Hubert 2010)

Sucrepom

Tout à la fin des vacances d'été 2008, alors qu'en plus un nouveau pensionnaire s'annonçait, le surnombre dans notre écurie, pleine comme un œuf, empêchait de loger l'entièreté de l'effectif.
Avec dans le van un cheval à l'essai qui n'avait pas convaincu, je pris la route vers la Hesbaye pour le rendre à notre marchand, Freddy Gustin. Celui-ci m'avait parlé d'un poney intéressant, un trois ans.
Après avoir déchargé, Je m'apprêtais à partir quand Catherine, digne fille de son père absent, insista pour me le montrer. « Je n'ai pas de place, ce n'est pas la peine »,
lui dis-je. «  Mais si, il est justement ici, tiens regarde !  » Sucrepom dans son box
sombre ne m'accrochait pas du tout. «  Je vais le sortir.  Il se déplace bien. », s'obstinait Catherine. «  Ce n'est pas la peine, je… »… dois y aller voulais-je encore prononcer,
mais le petit alezan trottait déjà dans la carrière, pas mal me semblait-il. Assez vite
Catherine lui proposa un obstacle pour le présenter en liberté sur les barres.
C'était ce qu'il fallait faire pour me séduire !
Le cheval bondissait formidablement, haut et avec le style que j'aime, un vrai cabri.
Il coutait un peu trop cher mais, victime d'un coup de foudre, je succombais!
L'affaire se fit en 30 secondes : «  Je le prends  » dis-je sans même consulter ma femme, chose exceptionnelle !
Cela n'arrangeait pas notre problème de place, pourtant rien n'aurait pu refroidir mon enthousiasme.
Depuis, nous voilà en janvier 2009, et le poney n'a pas franchi le moindre cavaletti.
Je le laisse mûrir calmement. Il est comme la promesse d'un plaisir à venir.
Un rêve net, pas écorné, dont le potentiel peut se savourer entièrement !
Sucrepom ne possède pas de papier. Il a été acheté en Irlande, avec un lot,
importé chez nous fin juin 2008. Freddy l'avait repéré dans le groupe comme
celui doté des meilleures dispositions sportives.
Il n'avait pas de nom. Le sien est inspiré par « Sucre de Pomme » un cheval français d'obstacle, médaillé de bronze aux Jeux olympiques de Londres de 1948 sous
la selle du très grand cavalier Jean d'Orgeix.
Michel Lequarré. janvier 2009


En 2018 avec Juliette Dedée


2018


En 2017 avec Manon Mathieu


Sucrepom et Marie Deprez en juin 2015


Avec Clémentine Berger en 2012


Au derby 2011 monté par Rosalie Niwa

 

sucrepom
Sucrepom en septembre 2008

 


 

 

 

 

 
Mise à jour : 17-déc-18 ]