Dany Marquet

Trois premiers degrés et un second sous le même toit est une situation hors du commun


Chez Marquet, outre Christiane, la maman, qui ne monte pas, il y a trois filles, Krystel, Mélanie, Elodie et le père, Dany, tous quatre cavaliers passionnés. Dany, Mélanie et Elodie ont le niveau premier degré, quant à Krystel, elle possède le second degré. Trois premiers degrés et un second sous le même toi est une situation hors du commun.

Comment ont-ils fait ?
Dany Marquet est un homme pudique qui se livre peu, néanmoins, un compagnon agréable, souvent taquin. La tête bien sur les épaules, il apprécie que les choses se déroulent simplement, sans manières inutiles. D'un dévouement absolu pour ses filles, il peut, quand il se sent contrarié, foncer comme un sanglier, mais une franche discussion avec Dany est toujours suivie d'un effet positif.
La caractéristique majeure, insufflée par Dany à toute sa famille, c'est la constance.
Réfléchir , faire un choix et s'y tenir, dans le travail avec les chevaux comme ailleurs, voilà leur manière d'être.

Dany raconte : « … en 1995, mes filles faisaient du judo. Leur copine Caroline Heusdain avait suivi un stage au Bois du Roi, elle en a parlé à Krystel. C'est comme cela que Krystel et Mélanie ont commencé. Elles se souviennent de leurs débuts avec Mylène Weemans la monitrice et surtout de Jean Deprez qu'elles appréciaient beaucoup. Elles ont fait de nombreux stages. Elodie n'avait pas tout à fait 5 ans quand elle a été mise à poneys, parmi les tout premiers cavaliers à shetland en 1996.
Après un an au parre-botte et au bar, j'ai pensé qu'il valait mieux dépenser mes sous à cheval plutôt qu'à la cafeteria et je m'y suis mis aussi. C'était un cycle, le mercredi soir avec Michel comme moniteur. Il disait : « à cheval vous êtes nuls, nuls ! » Il précisait bien : “à cheval» Impossible de se prendre au sérieux avec un tel traitement ! C'était vrai évidemment ! Ensuite, j'ai eu Christelle Puissant. Je n'avais pas peur grâce à mon expérience de motard. Il y a des similitudes en ce qui concerne les problèmes d'équilibre.

De plus, j'avais souvent écouté les cours données à mes filles au parre-botte, cela m'a beaucoup servi. Avec Jean-François Hella , nous sommes les seuls de ce cycle encore présent au manège.

Peu à peu, nous avons gravi les échelons. Nous suivions des centaines de leçons.
Je suis vite devenu un adepte de la promenade du dimanche matin. J'ai commencé avec Viking. Encore maintenant, j'adore cette coupure par rapport à ma semaine de travail. J'apprécie de retrouver mes amis.
Krystel et Mélanie ont réussi le premier degré respectivement en 1998 et en 2000. Krystel a eu envie de se mesurer aux autres en compétition (elle parlait souvent avec Hugo Laschet qui progressait bien en complet)
Il nous fallait acheter, mais quel cheval choisir ?
Un dimanche de 1998, après la promenade, Michel Lequarré a dit qu'il vendait Gapéroul.

Le cheval nous plaisait, mais surtout… vivait au Bois du Roi. Or il n'y avait plus de boxes. C'était commode d'acquérir un cheval déjà en place ! Voilà, c'est comme cela que Gapéroul est entré dans notre famille. A partir de là, Krystel s'entrainait pour le complet et moi j'allais en balade. Ce cheval a beaucoup compté dans notre vie. Il compte encore !

Jusque-là, les chevaux avaient pris une forte importance … mais devenir propriétaire, cela a vraiment modifié notre vie familiale. C'est presque une façon de vivre particulière, les choses tournent souvent autour du cheval. Ma femme Christiane qui était la seule à ne pas monter a eu beaucoup de mérite. Elle s'est adaptée à une voiture pour tirer le van, à nos absences lors des concours, aux vacances à cheval (j'ai participé à 8 grandes randonnées d'été !) aux navettes entre la maison et le manège et tout le reste.
Je me souviens particulièrement d'un grand moment de bonheur en 2002, à Durbuy. Krystel et Gapéroul ont gagné une épreuve nationale. Nous étions très contents !
Et aussi, à Waregem, pour sa première épreuve sur 1 M , Krystel s'était classée. Lors des cross, elle n'était pas bien lourde pour s'opposer à la fougue de Gapéroul qui mettait toute la gomme.
En effet, on garde en mémoire le courage de la jeune Krystel. En plus, Gapéroul était très difficile en dressage. Et il a fallu un travail de longue haleine pour obtenir ces bons résultats.
Toujours avec les mêmes moniteurs, dressage, Stéphane Morai et pour l'obstacle, Yves Fraikin.
En 2007, Gapéroul a été remplacé par une jeune jument grise. Le grand alezan appartient toujours à Danny, mais il est en retraite à Haccourt, ce qui n'empêche pas quelques promenades
“Il a la pêche» Dany poursuit :

“Divadonna avait réussi avec succès les sévères tests de Mont-le-Soie. Nous l'avons débourrée. Krystel allait participer au projet des écuries Wallonnes. La jument vivait au manège depuis quelques mois quand l'administration de Mont-le-Soie s'est aperçue que le cheval n'était pas né en Wallonie. Par conséquent, elle ne pouvait plus prendre part à ce projet. Il fallait la rendre ! Comme j'étais certain de sa bonne santé et que Krystel l'aimait bien, j'ai préféré l'acheter. Elle a fait ses tout débuts au complet en 2007.

Et depuis un semestre, la famille s'occupe d'une troisième monture !
« Cette année, je me suis mis à l'endurance avec un cheval de mon ami Marc Bolland de Haccourt. J'aime cette compétition, toute la journée sur mon cheval… J'ai fait trois courses sur Linus un Shagya et j'espère réussir des 80 km cette année. Marc Bolland possède aussi d'autres chevaux, dont Azad un part-arabe. De fil en aiguille, ce cheval s'est retrouvé dans la famille et nous l'avons en pension au manège. Elodie l'adore et le monte beaucoup. C'est un cheval polyvalent. Il a progressé à l'obstacle, il va bien en promenade et pourra faire de l'endurance avec moi. Je me sens à l'aise avec lui. Pour l'instant, il appartient encore a Marc Bolland, mais nous pourrions l'acheter plus tard. En endurance, je vais progresser lentement. Courir de grandes courses un jour, pourquoi pas ? Cependant, il faut concilier mon travail, ma vie de famille et les compétitions de mes filles qui passeront toujours avant moi. Dans quelque temps, Krystel pourrait bénéficier d'un véhicule pour transporter elle-même son cheval vers les concours. A partir de ce moment-là, j'obtiendrai peut-être un peu plus de disponibilité pour l'endurance.
En se remémorant ces 12 ou 13 années dans les chevaux, l'expression de Danny varie de la joie à une sorte de mélancolie. Pendant qu'il en parle, on sent poindre une discrète émotion, contenue, refoulée, mais palpable. 

« J'ai vécu des moments forts, grâce à mes filles lors des concours. Sur Gapéroul, j'ai participé à des complets, souvent dernier en dressage, mais il y a eu des cross fabuleux. Je me souviens de mes examens bronze et argent le même jour sur Shaguy, le premier degré en 2001 sur Gapéroul. Et un jour j'ai vécu la peur de ma vie. Malgré moi, Gapéroul m'avait emmené à fond pendant 2 km sur la ligne 38…Un soir en randonnée, il y avait un bal au village, les cavaliers de Bois du Roi ont terminé la soirée sur la scène. Nous chantions tous ensemble…

La passion des chevaux de Dany, Krystel, Mélanie et Elodie, durant une si longue période et sans défaillance aucune est quasiment incroyable. Encore maintenant, leur assiduité apparaît sans faille. Si Mélanie est moins attirée par la compétition, elle continue comme son père et ses sœurs de monter chaque semaine. Cela dure depuis 13 ans et ce n'est pas fini.
De nouveaux chevaux à faire progresser, de nouveaux projets, une motivation intacte, c'est reparti pour un tour chez Marquet !

"J'ai fait 8 randonnées d'été, ici en 1999 avec Roman"

"le premier degré avec Gapéroul"


"Mes début avec Viking"
et plus tard des cross fabuleux sur Gapéroul"

"Elodie a été une des premières élèves en shetland vers 1996 "


"Mélanie sur El Hamar, premier degré en 2000 et Krystel lors d'un concours complet"

Bois du Roi

 

 

[contact : Manège@boisduroi.be ] 24, La Heydt 4608 Warsage Tél : 04/ 376 66 79
Mise à jour : 1-fév-08 ]